Posts on décembre 2015

Sur mon 31

Chers aventuriers du quotidien, aujourd’hui je vais te parler « tenue de réveillon ».

Afin de poser des bases sincères entre nous, je n’ai pas un amour infini pour les festivités du 31 décembre. Ce côté « 3, 2, 1, bisous, youhou et la santé bien-sûr »… Bon.
Cela-dit quand les copains proposent qu’on se retrouve avec la certitude ne n’embrasser à l’instant I que de gens qui comptent et à qui je peux souhaiter sincèrement le meilleur, d’un coup la fleur-bleue kiffant les symboles qui sommeille en moi est très motivée.

Par ailleurs, c’est quand même le réveillon, et j’avoue que la parisienne sur talon de 12 recroquevillée dans un coin de ma vie-de-meuf-qui-bosse-de-chez-elle me crie, que dis-je : me supplie, de sortir de mon uniforme pull-chouette / pantalon-Roots / chaussons-étoiles depuis plusieurs jours maintenant. (On est plusieurs dans ma tête). Elle ne se retrouve plus dans le miroir et à peur de se perdre dans les méandres du confort.

Continue Reading…

Disque de platine

Je suis rentrée de mon break de Noël avec la voix en vrac. Il y a deux ans c’était la varicelle ceci-dit. À choisir, je préfère le son groovy d’une voix sensuelle (si seulement) aux petits-boutons-qui-grattent-mais-que-surtout-il-ne-faut-pas-toucher, d’autant plus que cette année je n’ai rien à gagner à aller chercher un arrêt maladie. Dans mes valises, outre cette sonorité rocailleuse de chanteuse de piano bar, j’ai aussi récupéré une bonne vingtaine de Vinyles inexploités dans la bibliothèque familiale. Si certains d’entre vous se plaignent des goûts de chiottes de leurs parents, les miens s’en sortent assez haut la main. Depuis ce matin j’enchaîne donc Léonard Cohen, Les Beatles, Leo Ferré, Jacques Brel, Pink Floyd, Dire Straits, Renaud, Brassens, Les Rolling Stones, et même la BO du film Orange Mécanique. Oldies but goodies comme on dirait là-bas

Continue Reading…

Ça se termine comme ça

Des embrassades, toujours des embrassades. Du genre que l’on répète à chaque épisode des festivités, entre deux piles d’assiettes à débarrasser et un fond de verre à vider. Dans les bises flotte un parfum mélé d’alcool, de chocolat, de clémentines, de cookies et le bruit des bisous cache un message aussi secret qu’il est connu de l’ensemble : c’était bien, c’est toujours bien, c’est quand même dommage qu’on ne se voit pas plus souvent. « On a encore trop mangé cette année » se verra forcément suivi comme une ombre d’un « pourtant on avait prévu light ». Lui même précèdera la dénonciation de l’évident fautif : « c’est l’apéro, on n’avait déjà plus faim en se mettant à table ». Sous le bras les sacs, les manteaux, les cadeaux. « Qui c’est qui conduit ? » dit dans un fou-rire. Le prédisposé lui rigole un peu moins. Dans tous les cas nous sommes le 25, qu’on soit à la fin du réveillon ou à la fin du déjeuner de Noël.

Continue Reading…

Ça commence comme ça

D’abord il y a l’arrivée, côté sud, toujours côté sud. Sous l’escalier, le raccourci qui même à la sortie de la gare, le sourire de la moins mini des mini nièces qui s’illumine : « tata-Elise !! ». On fait un câlin, un bisou, et déjà : moi je suis venue parce que je ne fais pas la sieste, et demain on va aller au spectacle avec mamie voir Alice et le sortilège de l’amitié, et papa et maman ils vont arriver demain, et…, et…, et…
Depuis 3 jours, les deux schtroupfettes squattent les attentions de leurs grands-parents, aka mes parents. Et tout le monde en redemande, malgré les quelques pleurs, malgré les quelques caprices, malgré les quelques réprimandes, malgré la fatigue.

Continue Reading…

The Lisette awakens

Noël J-5, réveillon J-4, Secret Santa (aka noël des copains) J+1 (et damned, j’ai mal au crâne).

Continue Reading…

cassée

Aujourd’hui c’était dimanche, je me suis levée tard. Midi, peut-être ? Parce que la soirée de la veille était fort chouette, parce que même si « normalement, le dimanche, j’écris », là, j’avais juste envie qu’on soit dimanche.
Juste…

Continue Reading…

Identity Quest = Carte de visite

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, je suis un peu à la peine pour te raconter des histoires rigolotes depuis quelques semaines. Même te demander ce que tu as fait de ton weekend en ces moments électoraux est susceptible de déraper.
Et puis je suis agacée.
Je ne sais pas ce qui se passe, mais quasiment à chaque fois que je passe mon palier je gagne une réflexion relativement sexiste d’un mec bourré, d’un mec à capuche, d’un mec tout court. Je dois dégager une certaine aura ! (celle de tu l’auras pas – ah ah!). Tiens, anecdote : récemment, je me suis trouvée plusieurs fois à tapoter du clavier tactile alors que je marchais. C’est une très mauvaise idée !! En gardant mon rythme habituel j’ai été 3 fois nez à nez avec les panneaux de signalisation. Ils manquent de conversation, rien d’intéressant là-dedans. En ralentissant mon rythme, en revanche, j’ai eu le droit au relou-qui-vient-se-caler-sur-ton-pas-à-moins-d’un-mètre-de-toi. Super sympa ! Oh le mec ne viendra pas te parler lui non plus, il est juste là pour te faire flipper. C’est drôlement rigolo de se sentir suivie par un petit merdeux dit donc !

Bref à défaut de se fendre d’une énorme barre de rire ensemble, je vais partager avec toi un sujet passionnant : ma quête d’identité.

Continue Reading…