Posts on juin 2016

Chez dame Psy

Chers aventuriers du quotidien, une fois n’est pas coutume, mon titre est fidèle au sujet du jour. Je t’embarque donc dans l’aventure analytique.

Mes nouvelles passions étant le sport et les légumes, tu le sais, je suis une femme nouvelle ! Alors pour parfaire la trentenaire qui est bien à l’intérieur et ça se voit à l’extérieur (ou l’inverse), depuis quelques mois maintenant, je vais voir une dame Psy, avec la régularité hebdomadaire de la meuf (ou du mec) qui va faire retoucher ses racines tous les mois chez son coiffeur.
C’est le même prix.
Sauf que c’est toutes les semaines. Autant dire qu’il faut choisir :

qui va chez le psy a les cheveux blancs.

Pendant des années j’ai douté sur le concept même du / de la Psy, ce truc à la mode où les trentenaires parisiens vont larmoyer sur leurs déceptions amoureuses et l’incapacité de leurs parents à les élever correctement. Après quelques semaines et malgré un objectif initial bien spécifique, je suis passée du côté obscure de la force : je me suis vue, sur le fauteuil rose à côté de la fenêtre, fixant le rideaux en larmoyant sur une histoire de mec et, de temps à autre, ça m’échappe, je sors, en pleine conversation avec les copains des « comme dirait ma psy… » complètement improbables il y a 6 mois de ça. 

Continue Reading…

Un temps pour tout

J’ai une façon bien à moi de gérer mon temps. À l’heure où j’écris ces quelques lignes, par exemple, depuis le balcon de mon Palace, je devrais être en tain de bosser. Mais vois-tu j’attends que le vernis de mes ongles de pieds sèche, on ne peut donc pas TOUT faire.
Et comme je viens de passer 15 minutes à appliquer les 2 couches + top coat devant des vidéos YouTube, des vlogs, qui plus est d’Enjoy Phoenix et Anil, je suis non seulement dans la transgression, mais, en plus, j’ai 13 ans.
(Parenthèse YouTubesque, j’avais découvert les deux zouzous l’année passée lorsque j’avais rédigé cet article sur YouTube. Je m’êtais alors prise d’un plaisir coupable à suivre ce couple et les spéculations de leurs fans respectifs quant à l’avenir de leur relation. Plus versatile que particulièrement fidèle, j’étais très certainement passée à autre chose car j’ai découvert, il y a deux semaines, à ma grande surprise, qu’ils avaient annoncé officiellement leur rupture juste avant noël ! On ne me dit jamais rien à moi. Conclusion de cette parenthèse : amour et vlogging ne sont pas gage de durabilité).

180 mots pour parler vernis et YouTube, ne me remercie pas, je fais ce que je peux. Il est plus que temps d’en venir à l’histoire du jour qui n’a donc rien à voir et concerne MON sujet du moment, j’ai bien-sûr nommé LE SPORT !

Continue Reading…

Salutation, ami soleil !

Contre toute attente, je ne vais pas te parler météo, mais yoga. Oui parce que, donc, depuis trois mois j’enchaine les sauts, sursauts courses et abdos une fois par semaine lors d’un cours de l’extrême appelé body attack. Et deux jours plus tard c’est en respirations, synchronisations et recherches d’équilibre que je renforce mes muscles « profonds » (enchantés) via une pratique intensive de body balance, un mélange de pilates, yoga et tai-chi (je suis maitresse zen).

Ainsi, vendredi, alors que mes pensées vagabondaient (il parait que certains se vident la tête en faisant du sport, je ne suis pas certains) tout en restant concentrée à ne pas perdre le rythme de ma respiration entre le chien tête-en-bas et la posture de l’enfant, j’en suis venue à me dire que je devenais fortiche dans l’art de la salutation au soleil et que rien ne m’empêchait, finalement, de la pratiquer en toute individualité, dans l’intimité de mon palace.

Mais pourquoi donc ? Me demanderez-vous.

Et bien pour deux raisons.

Continue Reading…

L’alignement des étoiles

Depuis deux jours s’enchainent ces grands moments d’abattements où, malgré l’implacable vérité du « je vais bien tout va bien », malgré cette chance que j’ai de me construire tout (trop) (#impatience) doucement la vie que je veux, je m’effondre face à l’irréalisme autour de nous.

Littéralement, je m’effondre.
Je pleure en faisant la vaisselle.
Je reprends mon souffle en m’asseyant sur mon lit positionné très subtilement dans les 3 mètres entre le lieu d’aisance de mes pauses pipi et le bureau où se pose ma tasse de thé (#Palace).
Je zappe frénétiquement sur les chaînes d’infos avant d’implorer le silence en cherchant désespérément comment éteindre.

Je reste plusieurs heures devant mon clavier en me demandant, finalement, sur quoi je vais bien pouvoir écrire.

Reste que, parfois, les étoiles s’alignent. 

Continue Reading…

Gâteau au chocolat, mais sans œuf, s’il vous plait !

Un dimanche réussi est un dimanche en pyjama.
Faut-il remettre ce principe en cause ?
Je ne pense pas.
En tailleur, dans mon tee-shirt Tom & Jerry, Dame Pomme sur les genoux, le match en fond sonore, j’ai le tic-tac de la minuterie de mon four qui s’agite.

Un dimanche réussi est un dimanche avec un gâteau au chocolat pour embaumer mon Palace.

Seulement voilà, la triste réalité s’est offerte à moi il y a quelques minutes quand, faisant le point sur les différents ingrédients nécessaires et disponibles à mon projet saveurs et senteurs, je constatai, à mon grand désarroi, que je n’avais plus d’œufs.
Pas d’œufs et une flemme immense de vêtir, par dessus mon pyjama, un pantalon digne de ce nom, une veste, des chaussures. Sortir n’était pas une option.
Alors dans les requêtes improbables de l’ami Google, après rime en -usse et signification de OKLM (je te dis tout) (#PasDeHonte) (#Viellerie), s’est donc ajoutée

gâteau au chocolat sans œuf

Continue Reading…

Quand la sandale te rappelle à elle

Il est où le soleil il est où ? Il est lààààààààààààc’est bon ! Ta gu… ChristophChut !
J’ai cette chanson en boucle dans la tête depuis des heures et des jours et (bientôt) des semaines.
Elle s’adapte à toutes les sauces : il est où le bonheur, mon chapeau, le boulot, le soleil…
Il faut dire qu’en bonne nordiste parisiano centrée je me lamente à l’infini sur le manque de soleil de ce printemps et toute opportunité que peut trouver mon cerveau pour me le rappeler, il saute dessus. Ça aurait pu marcher avec Vianney aussi cela-dit, mais elle passe moins à la radio en ce moment.
J’ai bon espoir que cette BO, rythmant d’un ton lancinant mes journées, trouve, avec le changement de temps, un second souffle. Mais je dois bien l’avouer : les chansons à l’intérêt musical et parolier discutables ont tendances à s’accrocher à moi comme les moules sur un rocher.

Comme cette introduction est longue pour en arriver à l’essentiel (nordiste parisiano centrée qui se lamente à l’infini) : THE SUN IS BACK (dans les bacs) et je suis joie !

Balancez moi de la canicule, des rayons perçants, des yeux qui se plissent en l’absence de verres fumés et des « fais attention je crois que tu es rouge derrière le mollet ». Balancez moi de l’été et des statuts « today je bosse en culotte #TropChaud #VisMaVieDeFreelance ». Jetez jetez, n’arrêtez pas ! Donnez moi envie de glace, de piscine, de sorbets, de pailles colorées dans des smoothies detox ou que sais-je encore. Derrière les vitres de mon balcon il faisait au moins 30 degrés ce matin dans l’humidité de mes jardinières qui débordent encore des 15 derniers jours de pluie, mais plus plus plus, il m’en faut plus !

Avec le retour de l’ami soleil j’ai retrouvé ma robe blanche et, rendez-vous oblige, mes talons.
Depuis des années je passais rarement plus de 2 jours à plat et les talons entre 8 et 12 (centimètres) étaient mes plus fidèles alliés. #NewLife oblige, je suis en chausson depuis 7 mois.

Alors autant vous dire que le changement de perspectives pour mes pieds fut à la hauteur de la promesse : du 10 sur 10 sur l’échelle du défonçage. 

Continue Reading…

J’ai un Proustblème

Laissez moi tout d’abord faire les présentations : Marcel – Les gens, Les gens – Marcel.

Marcel est le genre d’amis qui ne peut s’empêcher de faire une histoire sans digresser 200 fois.
On en a tous des comme ça, tu sais bien, celui qui commence son histoire et s’arrête toutes les 20 secondes pour t’ajouter une précision (ah oui non parce qu’en fait j’avais prêté la voiture à ma mère, du coup je ne l’avais plus, parce que ma mère avait un RDV important et elle avait dû laisser sa voiture au garage. Non parce que, au départ, c’était juste une histoire de pneus à changer et puis finalement…).

J’adore ce genre de personnes.
Quand tu es toi-même en proie à des doutes existentiels sur ce que tu vas bien pouvoir raconter quand on te demandera « et toi, alors, comment ça va ? », ils ont cette capacité à conserver longuement l’attention qui est follement réjouissante.
Marcel il est un peu comme ça.
Mais par écrit.
Et c’est un peu plus difficile à suivre. D’autant plus quand on sait que l’histoire fait 3000 pages.
Et qu’on aimerait bien, peut-être, en partager d’autres (des histoires).

Continue Reading…

Older Posts »