Posts in "Films" category

Je crois que j’ai un problème avec Dark Vador

Tout d’abord posons le contexte : j’ai « découvert » Star Wars ces derniers mois. J’avais aperçu des bouts de la première trilogie lors des quelques rediffusions d’M6 à la sortie de la nouvelle trilogie. Je suis même allée voir cette dernière au cinéma. Mais comme tout mythe de la pop culture, j’ai compris récemment tout un tas de codes, histoires, décryptages qui m’ont permis d’apprécier la « chose » dans une plus juste mesure. En d’autres termes il m’aura fallut attendre que Disney rachète la licence et ponde un épisode par an pendant 6 ans à compter de 2015 pour que je me décide à pousser un peu plus loin la curiosité.

Aujourd’hui, 4 mai, est la journée internationale de Star Wars. Pour quelle raison ? Parce qu’en-anglais-dans-le-texte le 4 mai se prononce May the 4th, ou may the force, comme

may the force be with you

#Yoda4ever.
Se sont donc bousculées les informations de la plus haute importance sur les réseaux sociaux et notamment la suivante : le nom original de Dark Vador (en-anglais-dans-le-texte toujours) est Darth Vader, contraction de dark (noir), death (mort) et invader (envahisseur).
Le méchant absolu s’il s’agit de résumer.

Continue Reading…

We want sex…

(texte initialement publié le 13 mars 2011)

… Equality.
Avec un titre comme ça je devrais faire un boom dans le nombre de visiteurs de ce blog.
Mais pour le moment, c’est le film qui a fait boom.

Continue Reading…

Bande de filles : Définir le féminisme

Dimanche, je suis allée au cinéma. J’ai hésité : Gone Girl ou Bande de filles. J’avais envie d’un film français, pas trop stressant et de ressortir avec la tête reboostée.

J’ai choisi Bande de filles.
Bien m’en a pris.

Continue Reading…

Eternal Sunshine of the Spotless Mind

C’est un voyage en train. Il est près de 20h. Je sors mon ordinateur, celui qui voyage, le petit, celui qui rame à chaque fois que je lance quelque chose, celui qui porte mes écrits quand j’ai le nez collé à la fenêtre / au hublot. J’ai plus de 3h devant moi, alors je double clique sur un film. Eternal Sunshine of the Spotless Mind.
J’ai vu ce film pour la première fois en 2005. Et depuis, régulièrement, il m’accompagne. Parce que Kate Winslet y est formidable, Jim Carrey loin des rôles qu’on lui connait, Gondry dans la réalisation d’une poésie à la fois touchante, joyeuse, mélancolique, et Beck signe la chanson originale pour enrubanner le paquet cadeau.

Continue Reading…