Je sais, après deux mois de silence, j’envoie du rêve rien qu’en posant mon titre.
#Talent

Il y a quelques semaines de ça, entre une nuit trop courte et une journée certainement peu reposante, j’ai fait buter mon pied droit, plus précisément mon quatrième orteil en partant du gros (second en partant du petit) (… voilà, celui-là, donc) sur mon lit. Très fort.
Je crois que j’ai un peu pleuré.
Pour sûr, j’ai juré. (C’était dit sans méchanceté Thérèse, je ne connais même pas votre mère.)

J’ai fait la journée clopin-clopant, voyant rougir l’ensemble dudit orteil et comparant régulièrement son omniprésence éventuelle pouvant évoquer un gonflement. 1m60 environ séparant mes yeux de mes doigts de pied, autant vous dire que j’ai passé beaucoup de temps pliée en 4 pour conclure solennellement à mon acolyte de bureau un peu perplexe, bien mieux avisé que de me demander ce que je pouvais bien faire dans cette position :

« C’est devenu bleu. »

Que ce soit dit, la perspective d’aller voir mon médecin auquel je rends visite le moins souvent possible pour lui dire « j’ai tapé avec mon doigt de pied contre mon lit, j’ai mal » ne s’est, à aucun moment, imposée.
Non.

2017 oblige je suis allée sur Google. J’ai tapé

« Peut-on se casser le doigt de pied en tapant contre son lit »,

éliminé plusieurs hypothèses de cancer ainsi révélable, copié – collé cette exacte même phrase sur Facebook en appelant mon entourage avisé de ses connaissances, et rafraichi frénétiquement mon profil en attendant LA réponse que j’attendais :

« oui c’est possible, mais y a rien à faire à part attendre 2 ou 3 semaines que la douleur passe ».

J’ai dit « Soit » et suis allée me coucher sur cette conviction.

Venons-en au fait : je n’ai aucune idée de si finalement c’était cassé ou pas, de si j’ai bien fait de ne pas aller voir mon médecin, de si c’est normal que ça ait mis 1 semaine avant de ne plus être rouge / bleu et de si cette petite boule apparue depuis sur le côté est le signe d’une tumeur maligne (non, ça ce n’est pas vrai). Ce que je sais en revanche c’est que si ça me lance dans le doigt de pied (celui-là, donc), demain il va pleuvoir.

Vu le temps qu’il fait depuis mon retour de vacances, je boite pas mal.

Ainsi donc tu l’as compris j’ai beaucoup bossé, je suis partie en vacances, revenue, j’ai retrouvé doucement le chemin du clavier et ça serait bien mal me connaitre que d’anticiper une promesse d’être ici plus souvent présente.
Une chose est sûre, ça m’a manqué (au moins autant que l’inspiration enfouie sous des kilos d’autres pensées), et pas que pour raconter des histoires de pieds.
#ÇaRime

xxx

PS : La photo montre mes pas dans le sable sur une plage des Landes. Sur un malentendu, pour illustrer ce petit billet, ça peut marcher. Non ?