Ces derniers jours, il m’est arrivé 2 fois en 3 jours max, qu’on me demande la location d’endroits spécifiques, « en tout bien tout honneur ».

Situation 1 : Je rentre chez moi un samedi soir, il est près de 2h du mat’. Je suis à 50 mètres de tourner à gauche dans ce passage qui abrite mon numéro 5. Mon pas est décidé mais l’air est bon, mes pensées flânent sur une musique dans mes écouteurs qui ferait probablement super branchée si je la cite.
Lui, le débardeur moulant et le jean trop serré, se dit surement que les fausses RayBan aviateur effet miroir à 2h du mat’, c’est cool. Je ne juge pas (pas plus que d’habitude), je trace mon chemin. Alors que je passe à sa droite, il me dit d’un ton léger mais quand mm décidé « hey mademoiselle, mademoiselle…! ». Toujours laisser le bénéfice du doute : je décroche un écouteur avec le visage approprié de la fille super pressée et débordée, genre « ça va faut pas trop me gonfler ». « Hey mademoiselle, tu saurais pas où y’aurait un pub dans le coin ? ». Mon air se trouble. Y a 4 cafés dans un rayon de 50 mètres. Il cherche peut être un truc précis. « Ouais un pub qu’on aille boire un verre. Tranquille quoi, tu vois ? ». Ah ouais nan, là j’vois pas du coup,

« on m’attend ».

Situation 2 : Je pars de chez moi, le soleil est bien là et mes pieds font comme à leur habitude le chemin vers la destination. Trop beau temps et trop belle ville pour prendre les transports. Une marchounette de 30 minutes s’annonce à moi, l’air est doux bien que déjà un peu chaud (ce qui ne m’empêche pas d’être habillé d’un jean sans vraiment de forme et d’une chemise large, c’est important pour la suite : non je ne suis pas courte vêtue).
Vous avez compris l’enchainement d’idées : écouteurs, pas décidé, mec en scoot, « Hey mademoiselle », bénéfice du doute et air pressé quand je décroche l’écouteur. Le monsieur s’avère plus direct.
Tellement que lui fais répéter.
J’ai pas du bien comprendre :

« tu saurais pas où on peut trouver une piaule ? »
« … »

huhum.
Nan j’crois pas nan.

Je m’interroge sur ces hommes perdus qui me demandent leur chemin.
Sérieusement.
Comment une nana peut leur répondre autrement que par un vent ? Ils cherchent quoi du coup ?

Non mais si, tant qu’on est là, partageons : qu’attendent-ils de moi ?

Si vous avez une réponse n’hésitez pas.
D’ici là, je garde dans ma poche ma tête de circonstance quand on m’aborde.

xxx

Image : Groume