Texte écrit le lundi 22/07 en fin de journée

On en était  (tu peux cliquer si tu n’as pas suivis depuis le début, ça me fera grimper les stats, c’est sympa de ta part).

Premiers pas en terre inconnue. Frédéric Lopez n’est pas là pour m’accompagner, je dois faire seule avec le Lonely Planet. Ce guide, je l’avais acheté juste après avoir pris mes billets d’avion en mars. Ça rendait le projet plus concret qu’un e-billet d’avion sur ma boite e-mail. La vérité c’est que je n’en n’ai pas fait grand chose par la suite et que j’ai faillit l’oublier samedi matin, mais l’essentiel est qu’il soit maintenant dans mon sac.
Si je ne suis pas du genre à suivre à la lettre les « ballades à faire » ou autre « bonnes adresses », c’est toujours rassurant d’avoir un plan et 2 ou 3 repères au cas où, même si, je l’ai toujours dit : la meilleure façon de découvrir une ville c’est de s’y perdre.

DSCF0031
Détail de la porte d’entrée

Et c’est ce que j’ai fait.

Mais avant tout, vous décrire la chambre que je loue. Elle était, sur l’annonce, petite mais cosy dans une maison ouverte avec salon extérieur, système de récupération des eaux usés et autre atmosphère environmentally friendly. Le tout à 50 mètres de la plage et de la Venice beach boardwalk (l’attraction de Venice pour ses commerces, son atmosphère, son odeur herbalisée, ses gratteurs de guitares, etc etc) et à 200 mètres de Abbot Kinney (avenue pleine de boutiques faites pour moi au nom du mec qui a fait creuser les « fameux » canaux de Venice dont je reparlerai surement – des canaux, et des boutiques, aussi… pas du mec).

Dans la réalité, c’est bien ça

DSCF0036
Dans le patio

Cerise sur le gâteau à la crème au beurre (US oblige) : Mélodie, l’hôtesse à qui appartient la maison dans laquelle elle sous-loue deux chambrinettes, m’a demandé de laisser ma vaisselle dans l’évier. Pour économiser l’eau, elle préfère la faire elle même lors d’une grosse tournée une fois par jour. Passé le « really, you’re sure » de politesse (la meuf pas du genre à se faire servir), j’ai fait mon plus beau oui oui OK sans souci.

En dehors de ça elle est aussi très sympa, pas bruyante, pas encombrante… Mais au bout de 2 jours je n’arrive cependant toujours pas à percer le mystère Mélodie : que fait-elle de ses journées ? Elle va, elle vient. Elle nettoie son jardin en legging rose fluo et débardeur bleu Klein (rappelons que nous sommes sur les terres d’American Apparel), elle part faire du body board à 7h du mat le dimanche (décalage horaire bonjour : réveillée à 4h du mat, quelle joie d’entendre ENFIN de l’animation signalant que je vais pouvoir me lever et ne pas être seule dans la nuit).
Mais à part ça ? Que fait-elle de sa vie ? Comment a t-elle les moyens d’entretenir seule sa maison à quelques pas de la plage de Venice (non je ne crois pas que ce soit les locations air B&B qui puissent tout expliquer) ? Et surtout… surtout… comment on dort dans un lit rond et ou est ce qu’on trouve des draps ? (oui, elle a un lit rond au milieu de sa chambre !) (C’est marrant c’est le genre de truc que j’associe à une vie sexuelle très épanouie mais 1. je ne sais pas pourquoi et 2. ai je vraiment envie de pousser jusque là ma connaissance de Mélodie ?)

Derrière la barrière
Derrière la barrière

L’autre colocataire, Myriam (si j’ai bien compris) est soit au téléphone, soit en tchat sur son ordi, soit en train de regarder des épisodes de sex & the city (quand j’arrive à reconnaître l’épisode en ayant juste entendu 2 phrases et sans être dans la même pièce, ça devient grave ? Ou pas encore ?). Aujourd’hui elle est sortie je crois. Sinon hier et aujourd’hui je ne l’ai croisé que de loin dans son lit. Elle aussi c’est un mystère : depuis quand est elle là, que fait-elle ici, pour combien de temps ? D’où vient-elle (accent américain je pense mais je ne maîtrise pas nécessairement toutes les subtilités d’élocution de mon pays d’accueil actuel) ? A t-elle d’autres tatouages que ceux que j’ai déjà vus (elle en a pas mal, faut que j’approfondisse ce sujet là aussi – je suis dans une période de grande curiosité sur les tatouages de mes amis êtres humains).

Ça ne fait que 2 jours, 2 jours pas forcément très représentatifs qui plus est, affaire à suivre donc.

Car hier c’était dimanche. Et le dimanche c’est jour de plage à L.A. Venice était donc particulièrement animée. Aujourd’hui c’est lundi, et pas mal de trucs étaient fermés. Bref vivement demain qu’on puisse voir une VRAIE journée.

Devant la barrière
Devant la barrière

Sinon que vous dire !? Bah plein de choses mais pour être honnête je ne m’attendais pas a déjà tant écrire sur là où je vis. Et de digressions en digressions, nous voilà assez peu avancés sur ma vie d’Angelinos (c’est comme ça qu’on dit un habitant de L.A.). Et comme je n’ai pas envie d’écrire un texte trop long (y en a que ça saoule, je le sais, je vous connais) et encore moins envie de tout réécrire / synthétiser / casser, bah la suite… au prochain épisode !

xxx

PS: en guise de prémisse – je n’ai pas trouvé la maison de Donna et Kelly ni celle de Hank Moody, je me suis cramée les pieds avec le sable sur la plage de Venice et celle de Santa Monica, j’ai déjà marché beaucoup beaucoup de kilomètres, je pense que j’ai plusieurs coups de soleil, a priori la beuh est autorisée et légale pour ses vertus médicinales ici (mais je suis un peu floue sur les détails pour le moment), L.A. est belle et bien une ville faite pour les voitures, quand il fait 23 degrés ici j’ai l’impression qu’il en fait 30 (= je pense que le système international de conversion entre Celsius et Fahrenheit et buggé, tout simplement), et enfin vous serez ravis d’apprendre qu’à 19h45, je n’ai pas encore TROP sommeil et que ce matin je me suis réveillée à 7h (OK, une première fois à 4h mais je me suis rendormie au bout d’une heure) (je suis nulle en gestion du décalage horaire, ça me met toujours dedans pour 3 semaines).