Ce titre veut dire plein de choses.

Déja dans « non retour » il y a « non retour », et j’avoue que quasiment une fois par jour j’envisage la chose. Avant de me souvenir que l’intérêt des vacances, c’est de ne pas être permanent (ma sagesse me perdra).
Et je vous avoue, tous les jours, aussi, je pense à la suite de mes vacances dans une semaine à Hossegor avec la ♥ familly (venue de Paris et d’ailleurs), et je prends plaisir à anticiper de voir du monde, les amis, (partager ma chambre)….

Oui, une fois par jour au moins je pense à ce poste que je vous ferai bientôt sur le concept de voyage by myself (quand on sait que myself est une nana qui plus est).

Le point de non retour, c’est aussi le cap franchi par mon appareil photo en me lâchant tel le gros lâche qu’il est. Il est dead, parti vers d’autres cieux. Et il est vrai que peut être, c’est un peu de ma faute vu que j’ai fait 2 choses qu’il ne fallait pas faire : 1. le laisser trainer au fond de mon sac sans protection alors que je ramasse un tiers de la plage de Venice aussi à chaque fois (sable + appareil technologique ne font a priori pas bon ménage) et 2. lors de son dernier usage j’ai pris le soleil en photo (oui, je suis comme ça). Il était en phase descendante vers son coucher (le soleil) mais toujours quand même un peu haut, et je crois qu’il n’a pas aimé non plus monsieur l’appareil. Bref quand il s’allume il fait un bruit très étrange, finit par dire « ! focus impossible », sans me laisser la possibilité de zoomer ou de prendre la moindre photo. Le reste des souvenirs seront donc dans ma tête et l’appareil de mon smart téléphone.

Bah, y a pas mort d’homme comme on dit !

Le point de non retour enfin c’est celui que j’espère ne pas franchir ce soir alors que je retrouve une amie aussi jolie qu’elle est new yorkaise. D’une façon générale je n’ai que des copines jolies (les filles c’est pour vous, c’est gratuit, c’est cadeau), mais en plus de ça, Sarah c’est comme une grande boite à soleil, pleine de positif et de bons plans que ce soit à NY, à Paris quand elle vient, et là du coup je l’attends au tournant en territoire Californien.

Ceci étant dit, whatever happens in LA stays in LA (je sais normalement c’est Vegas).

Tout celà pour dire que j’en suis à la moitié de mes vacances à L.A. et que je n’échangerai(s) ma place pour rien au monde. Mon bronzage est lui aussi arrivé à son point de non retour. Une semaine de playa et me voilà dorée comme les blés (ça c’est les cheveux) et dorée comme un caramel blond (ça c’est la peau). Le tout sur une base d’origines vendéo-poitevines donc faut quand même pas trop déconner : on est loin d’une peau mate. Mais à partir de maintenant c’est de l’ordre de « l’entretien ». Vu que ça fait X années que je n’ai pas enchainé plus de 7 jours de soleil / plage / maillot de bain comme ça, je vous raconte pas comment c’est agréable… Par ce que, en fait, je crois que mon métabolisme n’est pas fait pour voir si peu le soleil d’une façon générale !

Allez, kisses les buddies.

En plein "travail" depuis Intelligentsia Coffee - Venice beach - haut lieu de la hype attitude / THE place pour draguer du hipster  ou voir les baristas (baristi) au travail... avec Wifi en libre accès.
En plein « travail » depuis Intelligentsia Coffee – Venice beach –
haut lieu de la hype attitude / THE place pour draguer du hipster
ou voir les baristas (baristi) au travail… avec Wifi en libre accès.

xxx