… Te pose pas trop de questions. Tu sais petit, c’est la vie qui t’répond. (Philosophie Patrick Bruel du jour : bonjour !)

On m’avait dit : Mais pourquoi tu vas à Los Angeles ? San Francisco c’est quand même vachement mieux…

Peut-être. J’en sais rien en fait car je n’ai jamais mis les pieds à Frisco, et je suis sure que c’est une chouette ville, à taille plus humaine, accessible, tout ça tout ça. Mais de ce que j’en sais, bah la mer là bas, elle est froide. Le temps y est foggy (« embrouillardé » – non, je sais, pas un mot), et ce n’est pas forcément the place to be pour spotter les surfeurs.
Los Angeles, en revanche, aucun souci de ces côtés là. Il y a du vent, l’eau n’est pas super chaude (en gros similaire à l’atlantique en pleine saison – donc bah, moi ça me va !), mais ils n’ont pas connu plus de 2 jours de pluie depuis 1 an et demi et DANS TOUS LES CAS, à un moment ou un autre de la journée, le ciel sera beau, bleu, dégagé. Reste juste à savoir si c’est pour 4, 5, 6, 10 ou 14 heures !
Je ne suis pas restée à Los Angeles, mais à Venice Beach / Santa Monica. Un peu comme si quelqu’un qui vivait à Poissy disait « bah oui, c’est Paris » (euh bah nan !, c’est à près de 30 kilomètres en fait). Il y a plus de 15 miles entre Venice et Hollywood boulevard (25 Kms selon le convertisseur que j’ai trouvé sur google). Donc ce n’est pas L.A. C’est une ville de la banlieue de L.A., voisine de Santa Monica, avec son propre rythme, sa propre vie et c’était ça que j’étais venue chercher.IMG_20140730_210140
Autre point que je n’ai que très peu expérimenté : la night life. Le nombre de clubs / bars et autres à L.A. est impressionnant, et alors que je remontais Sunset Boulevard, c’est assez dingue le nombre de salles mythiques qui ont accueillis et accueillent les rock stars depuis les années 50 / 60. (Ce n’est pas pour rien que dans « Beverly Hills » ils ouvrent un night club…)Alors Los Angeles n’est certainement pas égale à San Francisco, mais selon ce qu’on vient y chercher, ça peut tout à fait (TOUT A FAIT) convenir pour passer deux jolies semaines de vacances.

IMG_20140730_124016
Le clown / ballerine, sur Main Street – Venice

IMG_20140730_210642-2

 

 

 

 

Entrée de building - Venice - Main street
Entrée de building – Venice – Main street

On m’avait dit : … Surtout toi qui aime bien marcher et vu que tu conduis pas : c’est une ville faite pour les voitures !

Je confirme. Une rue normale à Los Angeles c’est 2 fois 2 voies. Souvent 3 voies. Voir 4. Les piétons se font rares et on prend sa voiture un peu pour tout et rien, par ce que la ville est extrêmement étendue et que souvent, aller d’un point A à un point B nécessite de croiser tout un tas de…. rien : des maisons et des maisons et des maisons.

IMG_20140728_213152
Une « rue » à Los Angeles

J’ai du coup découvert en réfléchissant un peu à la chose que moi, parisienne de mon état, quand quelqu’un me demande une distance je réponds en temps « Métro », voir en temps « à pieds ». Mais je n’ai aucune idée du temps « Voiture » entre un point A et un point B à Paname city. Ici, c’est systématiquement en temps « Voiture ». Et quand vous demandez « OK, mais à pieds ça donne quoi ? « , on vous répond avec de grand yeux et une incapacité certaine à faire la traduction. Se méfier donc du it’s very close. C’est en règle général à 30 / 45 minutes à pieds, et donc moyen proche en fait.

Venice piers
Venice pier

Encore une fois, tout dépend ce que vous voulez faire. Moi personnellement j’ai parcouru les plages de Venice, Santa Monica et South Venice de haut en bas. La chambre que je louais y était à 3 pas, et à 4 de l’Abbot Kinney boulevard, la grande rue commerçante de Venice (à faire absolument). Et puis Venice c’est aussi les canaux, construits par Abbot, justement qui à son retour de Venise (Italie) c’est dit « tiens ça serait chouette, je vais faire construire des canaux tout partout et faire des attractions pour attirer les gens ça va être trop bien (autre temps, autre époque, autre façon de penser). Il n’en reste je pense pas grand chose, mais un peu quand même. La ballade y est bien agréable. Et pour le coup, à part à pieds, c’est infaisable.

 

 

DSCF0075
Venice Canals
DSCF0081
Venice Canals
DSCF0077
Venice Canals

On m’avait dit : C’est très surfait Hollywood boulevard !

C’est vrai. Personnellement, et vous avez compris, ce n’était PAS DU TOUT mon objectif, mais j’ai pris avantage d’être ici pour me faire un petit tour d’une seule journée dans les rues de L.A., le vrai, le touristique.

Une maison française à Beverly Hills?
Une maison française à Beverly Hills?

Un premier stop à Beverlly Hills et Rodéo Drive. Des boutiques de luxe (plus de la moitié je pense des maisons de coutures françaises), un hôtel qui me disait vaguement quelque chose (j’ai appris ensuite que c’était là qu’avaient été tournées les scènes en extérieur de l’hôtel dans Pretty Woman – Oh! Culte!), et puis en fouillant un peu plus au nord, les petites rues, avec les jolies villa (et là d’un coup c’était beaucoup plus agréable de se balader, mais il n’y avait rien à faire d’autre que de voir des maisons…)

Un second stop sur Hollywood boulevard et leTCL Chinese Theatre. Oui…. J’ai marché sur les étoiles, cherché le meilleur point de vue pour prendre HOLLYWOOD en photo (je n’ai sûrement pas trouvé). J’ai repris dans ma tête la phrase de Pretty Woman « Bienvenue à Hollywood. Quel est votre rêve ? Tout le monde a un rêve ! », j’ai fait le point sur mes rêves…et suis repartie loin de la foule, loin des touristes, loin de ce too much.

Et enfin un troisième stop vers Melrose Avenue et ses jolies boutiques, puis c’est à pieds (on ne se refait pas) que j’ai rejoins le Farmers market qui regroupe en son sein tout un tas de petites échoppes où manger sur le pouce un peu du monde entier ou encore permet de trouver des produits frais et locaux. Une dernière descente vers LACMA (Los Angeles County Museum of Art), pas tant pour faire le musée en lui même (j’aime pas les musées, ça m’angoisse…. carrément), que pour me balader dans les jardins et voir quelques histoires de recherches anthropologiques et préhistoriques qui ont lieu autour.

A quelques pas de Rodéo Drive
A quelques pas de Rodéo Drive

Le soir même retour case départ à Santa Monica. Voilà. L.A., c’est fait. C’était sympa. Une journée.

2 au plus je dirais.

 

 

 

 

IMG_20140728_123132
TLC Chinese theatre et ses empreintes
IMG_20140728_161515
Beverly Hills
IMG_20140728_142648
Vintage Shop – Melrose Av.
IMG_20140728_161841
Walk of fame – Hollywood boulevard
IMG_20140728_161916
Walk of fame – Hollywood boulevard
IMG_20140728_161711
HOLLYWOOD (si si, la bas, au fond – qualité de photo pourrie, on voit quand même mieux en vrai)
IMG_20140728_164824
Le Design Garden au LACMA
IMG_20140728_174543
en face du LACMA
IMG_20140728_153801
Farmers Market

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On m’avait dit : La bouffe aux US franchement….

Alors là, ça dépend… Et je le savais déjà, mais L.A. me confirme ce que je pensais : les américains ont le chic pour prendre le meilleur de partout dans le monde et en faire quelque chose bien à eux.
Mais je ferais un point tout particulier sur ce sujet un peu plus tard. D’une façon générale j’ai très très bien mangé. Et, L.A. oblige, j’ai beaucoup mangé bio, local (c’est sur quand tu vis dans un état où tu peux TOUT faire pousser 10 à 12 mois par ans…)

C’est avec une certaine tristesse que je fais le bilan. A l’heure où l’on se parle, je suis à l’aéroport de LAX (puis de JFK, puis à Orly…) en train de mettre la touche finale à ce poste qui me convient moyennement. Je repars pour une journée en enfer, et non contente de ce que j’ai vécu à l’aller, je me rajoute un nouvel atterrissage / décollage + un transfert en navette entre l’aéroport de Biarritz et Hossegor – cité du surf et du soleil (vas y c’est bon me casse pas mes rêves). C’est pour la bonne cause et j’en suis ravie, alors…
(j’ai reçu un avis de grève sur Air France pour samedi matin mais j’ai fermé mes yeux et fermé l’email en faisant semblant de pas le voir).

Toujours est-il que je suis sincèrement triste de quitter Venice, le Pacifique, cette jolie vie. Ce n’était pas fait pour durer, sinon tout n’aurait pas été si simple.
J’étais venue chercher du temps pour moi et une « atmosphère ».
C’est tout ce que j’ai trouvé.

Alors en quelques chiffres, histoire de boucler la boucle (j’ai encore 2 postes relatifs à L.A. à écrire / publier cependant – et nan, ce n’est JAMAIS finis !!!! ah ah ah ah (rire démoniaque))
nombre de tubes de crèmes solaires : 1, et le second bien entamé.
nombre de tube d’après solaire : 1.
nombre de coups de soleil : 2, petits. Aussitôt là, aussitôt oubliés.
nombre de bouquins achetés : 4 (et deux de terminés, ou quasi).
nombre de maillots utilisés … : 3 + 1 nouveau le tout dernier jour.
… qui ne tiennent pas dans les vagues : 3 (mais nombre de fois où j’ai laissé apercevoir une partie de mon anatomie de façon involontaire : 1 – je masterise le saut de vague / retenage de maillot)
nombre de maillot acheté : 1, chez Roxy, à un mec à l’allure de surfeur, surpris de me voir acheter un maillot à ce moment de l’année et qui m’a demandé si je partais quelque part. J’ai répondu qu’il me restait quelques temps de vacances dans le sud ouest de la France. « Biarritz ? » qu’il a dit avec son plus bel accent. « Non Hossegor ». « Oh ! Hossegor, yeah, I know the place ! » (surfeurs forever!)
nombre de dauphins vus : 2 fois 2. Alors je ne sais pas si c’était les 2 mêmes à chaque fois.
nombre de verres bus le samedi soir : ??? – Trop ?
nombre de repas décevants : 2 (je crois)
nombre de jours où je ne suis pas allée dans l’eau : 2 (le jour à L.A. et le jour où j’ai somnolé pour me remettre de ma nuit sur les bords d’une piscine à Santa Monica – c’est le même jour que quelqu’un a été foudroyé alors qu’il se baignait, à quelques mètres de mon spot habituel, et alors qu’il n’y a normalement JAMAIS d’orage à L.A.)
nombre de souvenirs rapportés : j’ai dépensé sans compter*
nombre de cadeaux rapportés : euh, hein ? quoi ? pardon ? attention chérie, ça va couper !*

xxx

* des citations de films célèbres se sont cachées dans cet article…

PS : La vérité ? La vérité c’est que ce poste, celui là encore, je tourne autour depuis 4 ou 5 jours. D’écriture en relecture, un peu comme pour ce billet spécifique sur Venice où je vous donnais mes premières impressions, je fais des détours, des pleins et des déliés pour éviter l’essentiel que je ne sais pas exprimer. C’est dommage car ce sont peut être les mots les plus intéressants pour quiconque chercherait des infos pratiques / idées de voyage….
Sauf que voilà, déjà je ne suis pas guide touristique et puis quoi ? Vous faire une énumération sans lien et sans histoire sur tout ça ? Pas mon genre.
Mais en même temps vous dire quoi ? Que ce temps pour moi m’a permis de me poser des questions existentielles sur le quoi du pourquoi de ce que j’écris – comment je l’écris ?

Pour mettre en mot des sentiments que je n’anticipais absolument pas et que je ne m’explique toujours pas complètement, comme une claque derrière la tête en réponse à ce que j’écrivais il y a peu sur le sentiment d’être chez soi ?
Et sans rentrer dans des considérations si personnelles (on dirait pas comme ça mais y a quand même 2 ou 3 trucs que je n’exprime pas à 100% ici), comment trouver des mots plus réels et justes que « c’était génial, il a fait beau ! » ?

Ce qui est sur, c’est que le départ n’a pas été joyeux (sans même parler de ces N heures d’avion). Même si, et c’est peut être l’une des phrases que j’assume le plus dans ce poste : ça n’était de toute façon pas fait pour durer, sinon tout n’aurait pas été si simple.
J’espère, sincèrement, que j’ai pu vous faire voyager un peu dans ce California dream.
Il me reste quelques petites choses à en dire.
Et quelques réflexions à mener plus en avant

xxx