Contrairement à la première qui était très axée « je veux une autre vie, merci », celle-ci est beaucoup plus terre à terre. Je viens d’emménager dans un mini palace que j’aime d’amour, je flirte dangereusement avec les sites de déco / Pinterest / Google Image, je suis en train de revoir fondamentalement (FON-DA-MEN-TA-LE-MENT) mes priorités de vie, bref, retour à l’essentiel, au joli, à la déco. Outre un amour des listes que je rends ici publique (coucou le public !) pour OR-GA-NI-SER, si certains d’entre vous ont des idées et suggestions pour répondre à mes envies (sans aucun sous entendu merci, j’ai dit « terre à terre »), je ne suis pas contre !!

Le bullet point entre en action dans 3, 2, 1…

  • Un joli photophore (Et non sémaphore comme j’avais écrit originellement tout en me disant « c’est pas ça le mot ». Non, ce n’était pas ça le mot).
    Avec des étoiles. Ou des pois. Noirs et roses. La Lisette base.
    Pour mettre dehors, sur mon balcon.
    Voire même deux, histoire qu’ils se tiennent chaud.
    Pas trop gros (c’est un peu le leitmotiv vu que chaque millimètre à son importance).
    Mais jolis.
  • Une lampe en forme d’étoile. Un peu comme une enseigne lumineuse.
    À poser (sur ma bibliothèque) ou à mettre au mur (sachant que j’ai des murs en béton, pas au sens figuré du terme, et que je ne sais pas comment y accrocher quoi que ce soit, mais dans l’idée…).
    J’en ai repéré une sur l’Instagram de Cachemire et Soie, et l’auteure a bien voulu partager avec moi son filon : « c’est du fait maison bien-sûr ».
    Bien-sûr.
    Donc on ne se connait pas, mais ça va être compliqué pour mes 10 doigts ! (et pis j’ai pas envie en plus…)

  • Tant qu’on est sur cette photo, je veux aussi un tourne disque. C’est une lubie que j’ai depuis quelques semaines. Parce que mon ordi est devenu mon boulot, ma TV, mes archives, je n’ai pas envie d’y écouter systématiquement ma musique.
    Il faut en revanche que les enceintes soient intégrées et donc de pas trop mauvaise qualité. Histoire que ça vaille la peine.
    Et du coup il va me falloir quelques vinyles aussi, on est bien d’accord.
    Et revoir un peu l’organisation de ma bibliothèque pour laisser la place au tourne disque ET aux vinyles (la place la place la plaaaaaaace !!!).
    Mais j’ai envie de faire ce geste. De poser le disque. D’y poser le diamant. Et d’entendre le crrr crrr.
  • Un globe.
    Un joli (toujours)
    Pas trop grand (toujours).
    Un du Monde.
    Un qui tourne où je peux jouer à « Where to now? » et poser mon doigt sur l’immensité des possibles qui s’offrent là. Même si c’est juste pour faire comme si. Même si c’est pas pour tout de suite.
  • La nouvelle collection Green Gate.
    Tout.
    Ou presque.
    En fait non, ce n’est pas vrai car y a des trucs que j’ai déjà et des trucs que j’aime moins, mais sérieusement cette marque, elle est canon, non ?
  • Un radio réveil avec volume sonore qui ne se règle pas par petite molette.
    Pourquoi donc ? Parce que c’est ce que j’ai aujourd’hui, et qu’il est cassé. Du coup sans même toucher la molette, soit je n’entends rien, soit c’est beaucoup trop fort. Or je m’endors avec Caroline Dublanche (plaisir personnel, coupable et voyeuriste s’il en est : « Oui bonjour Caroline, vous êtes formidable, ma vie est horrible – Merci Jeannine, on n’a plus le temps, c’est l’heure du flash ») et je me réveille avec Thomas Sotto. Deux moments de ma journée où j’ai besoin que le volume sonore autour de moi soit on ne peut plus stable.
    Et joli aussi. Sauf que là ça devient très (très TRÈS) compliqué. Il me faut vaincre un principe élémentaire de l’objet qui est par définition moche.
  • Des trucs à mettre dans mes jardinières.
    Bien qu’on entre en automne.
    Bien que je n’ai pas la main verte.
    Du résistant, du solide (mais « vivant »), qui vit bien avec la lumière pleine balle jusqu’à midi / 13h et supporte la vie parisienne  (stress, pollution, anxiété, métabolisme fatigué et tout ce qu’on entend dans les pubs pour les cures de Magnésium).

J’ai dépassé les 700 mots. La bienséance bloggesque m’impose donc que l’on s’arrête là.
7 envies en 700 mots… Quand je pense que certains m’accusent de digresser ! (et non pas disgresser comme je pensais jusqu’à il y a encore 10 minutes).

xxx