Lors de mon expédition Biarrote, j’ai eu l’occasion de tester mes bottes de pluie (achetées un petit peu exprès). Car d’abord, il a plu. Mais surtout, malgré l’hiver, j’avais follement envie de pouvoir me balader tranquille Émile sur la plage et faire splotch splotch dans l’eau.

Laisse-moi ainsi faire un peu la maligne en t’expliquant un concept de bloguerie modesque de la plus haute importance :

À la campagne mais aussi à la ville, s’en est fini de craindre la pluie !
Il existe en effet depuis plusieurs années maintenant des modèles très chouchous (ouuuuuh) de bottes de pluie que tu pourras adapter sans souci à ta tenue. Adieu le look pêcheur breton ridicule avec bottes bleues et ciré jaune pour être bien protégée, heureusement pour nous, les marques et la mode sont venues à notre rescousse pour nous proposer ces jolis spécimens échappés tout droit de la planête fashion !

(ouh yeah)

Devrait normalement suivre une petite sélection magique avec des photos qui te renverraient vers des liens où shopper les modèles que j’aurais sélectionnés pour toi.

Bon.

Sauf que pour être très franche, j’ai cherché pendant plus d’un an mes (putains) de bottes de pluie, et les seuls modèles que je trouvais cool s’arrêtaient au 37. Mon 39/40 d’adulte est malheureusement incompatible avec les modèles « enfants ». #injustice 
Ceci étant dit j’ai fini par me laisser séduire, soldes aidant, par une paire de cavalières finalement noires (et sans chichi, sans folies, sans étoiles) arrivées quelques jours avant mon grand voyage vers le sud ouest.
Et oulala, je ne regrette pas !
D’autant plus qu’elles sont brillantes comme des ballerines vernies de fille sage et qu’elles me font le pied relativement fin. Il faut savoir prendre la finesse et l’impression de sagesse là où on peut les trouver.

Bottes Biarritz 4Lors du premier essayage j’ai fait face au souci de compatibilité bottes vs. mollet : autant dire que seul un slim ou un collant est en mesure de s’intercaler entre ma peau et la dite botte. Ayant (lançage de fleurs 3, 2, 1, go !) la jambe relativement fuselée, la botte cavalière en question est, somme toute, particulièrement étroite. Ce qui aurait pu s’avérer dérangeant au premier abord s’avère être un atout précieux quand, comme moi, tu t’avances parfois un peu trop loin dans les fameuses vagues : l’eau peut bien finir par t’arriver au genou, ton pantalon sera trempé, mais ta botte ne laissera rien s’infiltrer ! (et toc !)
Bilan des courses : 4 jours à marcher avec, un confort relatif quand il s’agit de descendre les 4 étages de mon Palace vers la mer (le caoutchouc n’est pas la matière la plus souple qui soit), mais 4 jours sans soucis, sans me mouiller une seule fois les orteils, sans peur d’abimer mes jolis souliers avec le sel, les embruns ou la pluie (je suis une experte pour acheter des chaussures d’hiver qui craignent la pluie). Un sans faute qu’il me fallait absolument relayer à sa juste mesure !

Dans la continuation de ce post à haute valeur modesque ajoutée, je pourrais te proposer ainsi un petit « look du jour » autrement taggé via les mystérieuses et insaisissables 4 lettres #OOTD (Outfit Of The Day). Encore un truc de bloguerie.
Je fais la maligne (toujours) en t’expliquant cela car j’ai cherché pendant près de 2 mois l’explication de ce hashtag avant de finir par taper sur google pour comprendre (par la même si quelqu’un peut m’expliquer le #vosco – je crois – qui circule sur Instagram, merci d’éclairer ma lanterne).
Quoi qu’il en soit, le but du jeu c’est de prendre des photos de soi dans un look simple / cool / branché / unique / stylé  (rayer les mentions inutiles), le relayer, donner des idées de trucs à porter, et si on est inspiré en profiter pour raconter une petite histoire comme

Je me baladais avec Roger / l’Homme / le blond / R. dimanche et nous sommes tombés sur cette jolie rue, l’endroit parfait pour vous shooter ce petit look décontracté au retour du marché.

Oui.
Car la bloggeuse mode fait ça de façon casual et décontractée, et c’est donc tout naturellement que le dimanche elle va au marché avec son panier en osier (parfait), ses bottines vernies et son foulard assorti à son vernis avec son cheum photographe. Sans trop caricaturer, il est aussi à signaler que certaines font appel à des photographes semi-professionnels qui ont vu, avec la semi-professionnalisation des blogs de mode, l’opportunité de développer un peu de business, ça envoie un peu moins de « ma vie est parfaite », un peu plus de clic-clac-Kodak-c’est-dans-la-boîte, mais le résultat reste le même : de la meuf sapée qui vous donne des idées de comment s’habiller et bien sûr les liens pour « shopper le post ».

Où veux-je en venir, moi qui ne sais pas prendre les photos et qui me traine vaillamment Casper le petit fantôme en guise d’accompagnement quand je vais faire le marché avec un tote bag pourri, le cheveu crado et les lunettes sur le bout du nez ? Et bien à cette photo que tu trouveras tout la haut. Rien à voir avec un « look du jour », juste mes bottes (floues), mes collants, le coucher de soleil du mercredi. Tu n’y verras pas mon short en jean et mon sweat rose « tu danses ? ou je t’explose » que j’aime (tous deux) d’amour et que je portais ce jour là. Ce n’est pas plus mal. Et il te faudra ainsi me croire sur parole quand je te dis la choses suivante :

La botte de pluie : l’accessoire INDISPENSABLE de toute virée au bord de la mer.

Si j’avais été une bloggeuse mode, ça aurait été ça mon titre. Mais je ne vais pas me reconvertir tout de suite.

xxx

PS : si vraiment tu veux le shopper le post, elles s’appellent Glasgow 395 mes bottes, et elles viennent de chez Elizabeth Stuart.

Biarritz2 Biarritz3 Biarritz4 Biarritz5

D’autres photos de l’histoire sur le lien : #LisetteInBiarritz