Je revendique une certaine non culture musicale. Quand certains de mes amis réussissent parfaitement à faire du name dropping en soirées (t’as entendu le dernier album de shpountz ? Oui mais je suis allée voir muchmuch en concert mardi et je dois dire que je commence à me lasser de ce genre électro-pop-newage), il me faut en général quelques mois ou semaines pour que shpountz ou muchmuch (entre autres exemples) ne viennent à mes oreilles. Et quelques unes de plus pour que je réussisse vraiment à identifier leur pâte musicale, si tant est que j’y vienne un jour.

Mais quand j’y viens en revanche…

Il suffit qu’un morceau face tilt, souvent au hasard comme par hasard d’une disposition d’esprit en accord, et là je boucle. La fonction « replay » de mon iPod n’a plus de secret pour moi. 10 fois, 100 fois, la même chanson répétée avec cette impression, que dis-je, la CERITUDE qu’aucune autre ne pourra, éventuellement, réussir à prendre sa place dans mes oreilles. E-VER…

Jusqu’à la prochaine.

Mes amis, je me dois de vous informer : j’ai cassé la boucle Fauve.

Depuis 1 semaine maintenant je boucle sur Christine & the Queens. Pas tout. Non non non. Mais Christine, déjà (« Mon oeil qui pleure c’est à cause du vent, mes absences c’est du sentiment » – allô perfection !) et St Claude, surtout….

C’est l’histoire de ces moments dans la vie où tout se décide-cide-cide…

Le point commun de ces deux chansons tient aussi dans une rythmique saccadée, une espèce de fureur contrôlée, une douceur qui voudrait passer en force. Je pense que mes voisins n’en peuvent plus d’entendre, toutes fenêtres ouvertes (j’y peux rien, s’il fait beau), Christine & the Queens résonner dans la cour, avec en écho le bruit sourd de mes pas de danses sur le parquet du salon. C’est que je suis allée chercher la grâce plusieurs fois ces derniers jours.

J’adore ce genre de chansons qui laissent la part belle à l’interprétation personnelle. La mienne est multiple, pour chaque petit bout de couplet, celui entre les deux refrains en particulier est une pure merveille (superlatifs bonjour !) :

Je vous laisse vous faire la votre.

Et bon dimanche bien sur.

xxx