Il est là ? Il revient ?
A bah oui tiens, c’est normal, c’est les vacances.

Sun is back dans les bacs. Et je me suis réveillée en début de semaine dernière : « Mais oui dit donc, c’est que la semaine prochaine, je ne bosse pas ! » Un mois d’avril compliqué combiné à des jours à solder avant la fin mai, posés il y a quelques semaines pour optimiser, ça fait une bonne nouvelle de mi-mai. Et ouais !

Outre cette déjà première bonne nouvelle combinée de soleil, cette semaine a vu deux moments praline* (parce que cucul c’est vuvulgaire) :

Déjà, j’ai appris que la plus mini des mini nièces se brossait les dents en musique. Jusque là rien de fou me direz vous ! Sauf qu’elle le fait sur « la lettre de tata-Elise » de Beethoven. Yo! Ludwig, c’est pas terriblement so chou ça ?

Ensuite, ça se voit en image sur Instagram (ou sinon là ci-dessous, je suis bonne joueuse). La photo s’appelle chouchou’shoes, évidemment.

Chouchou’shoes

A photo posted by Elise Richard (@misserichard) on

Cette photo, c’est un peu pour nous rappeler aussi que, hé bah ouais ma pauvre Lulu-cette, la vie change. Les copains font des mini versions d’eux mêmes, ou décident subitement là comme ça, sans aucune raison valable, de quitter Paname city (un brin d’ironie se cache dans cette phrase). Ce soir, on m’a donc promis du punch pour noyer la nouvelle. J’ai promis de mettre ma plus jolie robe pour saluer l’évènement.

La robe est jolie jolie (y a de la dentelle et du tulle).
Le punch à intérêt d’être à la hauteur.

La vie change, les trentenaires font des choix de vie qui les éloignent les uns des autres, comme pour tester la flexibilité de l’élastique des relations. On a beau dire on a beau croire, on ne va pas faire semblant, la dynamique n’est plus la même. Et on est tous responsable. Moi en première ligne.

Apprendre à accepter les gens qui changent.
Savoir les sortir de la case dans laquelle on les a rangé.
Être curieux de la nouvelle case qu’ils veulent décorer.
Les voir grandir, évoluer, se planter, les encourager dans des choix qui ne sont pas les notre et les poussent à des centaines de kilomètres de notre direction (au propre, comme au figuré).
Accepter qu’on n’ai pas tous le même soleil…
Parce même si ça ne veut rien dire, en réfléchissant on comprend l’image de cette phrase allégorique.
Dans l’idée quand même qu’on ira bien faire un plouf pour inaugurer une piscine à Aix…

Par exemple.

xxx