Noël J-5, réveillon J-4, Secret Santa (aka noël des copains) J+1 (et damned, j’ai mal au crâne).

Nous sommes en plein dedans, en plein dans ces réjouissances que j’apprécie tout particulièrement mais qui mettent du temps à s’imposer cette année : ce moment où l’on se retrouve entre soi, dans une chaleur humaine que la COP 21 ne pourra nous reprocher. Cette semaine j’ai joué les lutins du père Noël, parcourant le rayon la Reine des Neiges de la grande récré, le parascolaire maternelle (oui oui) de la Fnac, Nature et découvertes, Mademoiselle bio, et autres petites épiceries de mon tant aimé SoPi. Contre toute attente j’ai finalement bouclé le dossier assez rapidement, prenant au passage le temps de m’offrir la somptueuse blouse Leia en photo là tout là-haut. C’est Noël.

Leia et ses étoiles noires est sortie mi décembre de la collection Wear Lemonade (where else?) tel un clin d’œil évident à l’épisode 7 de la saga Star Wars. Impossible d’être passé au travers, disons donc que tu sais de quoi je parle.
Je dois avouer avoir céder aux sirènes intergalactiques en sacrifiant ma matinée de vendredi dans une salle obscure. 2 heures et 20 minutes hors pubs et bandes annonces, le moment était sympathique, digne de son gros budget, à la hauteur d’une saga mythique, je ne peux pas le renier. Mon avis vaut ce qu’il vaut, je ne suis pas une experte du sujet, mais on me glisse dans l’oreillette que j’ai raison – toujours.

J’aurais pu te faire un post tourné sur le réveil de mon empire et de ma force mais mes références ne sont pas assez nombreuses (et là, je n’ai pas assez dormi). Restons donc sobres en parlant stars à défaut de wars : la fin 2015 se joue sous les étoiles ? So be it. Ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre.
Allumons les guirlandes lumineuses, les bougies, les paillettes. Si besoin faisons même un feu dans la cheminée, juste pour l’odeur (clairement pas pour les températures). C’est le moment de faire des photos de famille, trinquer, se retrouver, se sourire, gentiment s’ignorer si besoin.

Dès mardi je m’en vais retrouver mes mini nièces et mes parents, chargée comme un traineau de gros bonhomme en rouge. Petit à petit s’éveille mon esprit de Noël, un peu mis à mal pour le moment. Petit à petit je vois cette parenthèse comme ce qu’elle doit être : une dernière inspiration avant le feu d’artifice de 2016, une année marathon qu’il va falloir jouer au sprint.

Reprendre son souffle ne semble donc pas un mal.

… Et une coupe de Champ’ non plus, tu me diras.

xxx