Je suis hyper bon public pour les crashs d’avions.

Déjà je suis flippée à chaque décollage, atterrissage, turbulence, plat chaud qui sent la cantine du primaire du chêne-creux déposé sur un plateau en plastique tenant à peine sur la tablette devant moi. La seule chose que j’aime dans l’avion : la perspective de rejoindre un lieu exotique. Ou Toulouse, pour être plus réaliste.
Autant te dire que toute nouvelle pouvant rendre un peu plus rationnelle cette sensation d’angoisse irrationnelle, je peux difficilement m’empêcher de me jeter dessus comme un chien trouve son os à ronger.

Ensuite j’ai une vision très précise de ce à quoi ressemble un crash d’avion : j’ai regardé Lost du premier au dernier épisode.

Enfin la drama queen en moi est intimement persuadée qu’elle aura une fin de vie digne d’un film catastrophe couplée à une tragédie romantico-larmoyante (l’écrire pour conjurer le sort). Un crash d’avion est donc un scenario que je pense tout à fait open. (#LaFilleOpen)

Ainsi, j’ai développé cette sorte de fascination pour les crashs, avions disparus ou que sais-je encore (ça et les documentaires historiques avec images d’archives J’A-DORE). Et depuis ce matin je scotche.
Je guette les nouvelles. J’ai une sorte de boule d’angoisse en moi cumulée à l’attente de savoir, de comprendre, en espérant que l’explication soit rationnelle, logique et surtout qu’on puisse me jurer que jamais au grand jamais cet accident ne surviendra à nouveau ! Que l’on m’explique. Que l’on m’explique pourquoi, alors qu’il devait certainement entamer sa descente vers Le Caire, cet avion a d’un coup disparu. Pouf.

Entre mes flux d’actus et autres occupations à cocher dans ma to do list, j’ai du mal à comprendre que le reste du monde ne soit pas dans le même état que moi (figée). Fort heureusement, les chaînes d’infos son fidèles au poste et ont basculé en édition spéciale : personne n’a rien à dire mais tout le monde en parle sur Itélé, BFM et LCI. Je suis hyper solidaire avec vous les gars, je suis là ! À 11 heures, France 2 s’est contenté d’un flash de 5 minutes faisant le point sur les éléments disponibles à l’heure actuelle. Beaucoup trop peu : tournons en rond sur le sujet s’il vous plait ! Cynisme mis à part je ne comprendrais effectivement pas de zapper sur une chaîne d’info et qu’elle parle d’autre chose. Alors je suis figée, mais je regarde des gens qui parlent.

Y compris des psychiatres.

Pour m’expliquer que mon angoisse est normale même si l’avion reste le moyen de transport le plus sûr

If you say so.

Douces pensées vers vous les agneaux. Et pour les proches. Évidemment. Surtout.

xxx