Je suis une bille en déco. J’ai des idées, souvent très arrêtées, sur ce que j’aime bien, ou ce que j’aime moins. Mais pour de vrai, je ne suis pas manuelle pour deux sous.

Début septembre, alors que je faisais une pause dans mes cartons en parcourant la France en train, je me suis trouvée à Bordeaux sur le canapé de ma talentueuse copine wedding planner / organisatrice de jolis moments et fondatrice d’Happiness Factory. La meuf cartonne. C’est bien simple, tous les mariages, anniversaires ou PACS qu’elle organise sont au top, ses clients aux anges et followers en émois. Moi compris. Car ce qui m’épate le plus chez cette nana, c’est qu’elle fait la déco de ces petits évènements toute seule. Elle avec ses 10 doigts, en discutant avec les mariés et en se conjuguant avec le talents d’autre prestataires comme les fleuristes, mais Elle.
Ainsi, là, assise dans son salon, sur son canapé, je regardais à droite et à gauche en lui disant : c’est joli ça, j’aime bien ce cadre là, et ça c’est chouette. Et elle de m’expliquer qu’avec 10 centimes et une petite semaine de vacances elle avait prévu de refaire la déco de son salon, là, en octobre, une fois la saison terminée. Un coup de peinture par-ci, de rabot par-là, quelques coutures pour enrober le tout et un brin d’inventivité parce que qui dit à son compte dit pas une tune.

On n’a pas tous les mêmes talents.

Moi, ça fait 15 jours que j’ai emménage dans mon appart et ma personnalisation des lieux se résume à avoir vider les cartons et valises en faisant des tas (de livres, de fringues, de papiers) à la stabilité questionnable, conservé bien soigneusement le carton étiqueté déco dans un coin du coin salon (dans le passage, on ne va pas se mentir), déroulé mon tapis magique « make a wish » et si, quand même, j’ai acheté des fleurs (5 roses blanches et 4 œillets roses, ce n’est plus la saison des renoncules). Autant dire que l’optimisation de mes 25m2 laisse à désirer (Palace je vous dis).

La bonne nouvelle c’est que je progresse.
Déjà, je suis a peu près convaincue de ce qui me manque :

  • une bibliothèque ouverte des 2 côtés pour séparer mon coin nuit du reste de la maisonnée,
  • une armoire pour ranger le gros tas de fringue qui ne rentre pas dans ma penderie et qui là s’étale joyeusement,
  • des tiroirs pour aller sous mon lit
  • et un miroir sur pied pour voir, avant d’être arrivée en bas de mon immeuble, que mes chaussures ne vont PAS DU TOUT avec mon écharpe.

Ensuite, je sais que les meubles que j’ai déjà sont à la bonne place. Où plutôt était. Parce qu’après moultes efforts, poussages, tirages, démonstration de gros bras forts (la blague) pour tourner mon lit, j’ai pu libérer l’accès à la prise téléphonique pour le cheum de Free demain matin. Mon lit se trouve donc à la perpendiculaire de sa position initiale, dans une disposition qui aurait pu être la sienne (c’était une option).
Bon bah donc non.
Il retrouvera, dès le mec de Free parti, sa bonne place là-bas dans son coin, parce que non seulement il pèse le poids d’un éléphant mort mais en plus il prend un bon quart de l’espace vital disponible.

Enfin, qui dit visite de Free, dit bout du tunnel de la vie sans Internet.
Pas d’Internet et pas de TV.
Depuis plus de 15 jours.
C’est un enfer tout relatif mais c’est un enfer quand même. Je me dessèche de frustration face à tous ces programmes ratés (en live ou en replay) et ces recherches déco que je ne peux mener à bien.
Non parce qu’en fait, la vérité, elle est là : si je n’ai pas pu avancer sur le sujet ce n’est pas parce que je suis une bille en débrouille, inventivité et travaux manuels, mais bien parce que je n’ai pas Internet. Or à notre époque, sans accès au catalogue IKEA pour commander et se faire livrer et aux tutos YouTube pour customiser son palace comme les meilleures bloggeuses déco, franchement, qu’est ce qu’on peut faire ?

L’autre bout de la vérité c’est que commander mes meubles chez IKEA me déprime d’avance (oui, bonjour, je voudrai que mon appartement ressemble à la page 122 du catalogue, merci !), mais c’est tellement plus dans mes moyens que tout ce que je vois par ailleurs !! Et que tous les blogs de déco et autre youtubeuses qui coupent cousent rabotent scient et repeignent tout en regardant la caméra me semblent venir d’une autre planète que la mienne. Et j’ai toujours eu beaucoup de mal à me sentir rabaissée par des nanas 10 ans plus jeune que moi.

Alors en attendant de me décider à faire quelque chose de ce tout (il semblerait que ma vie se résume assez bien en fringues, chaussures et bouquins), je continue de slalomer dans mon bordel en admirant ma freebox qui tourne dans le vide de sa non connectivité… non sans réussir, finalement, à me donner bonne conscience pour ne pas avancer sur le sujet !

xxx